22 au 27 juillet 2018

Professeurs

single no-meta

Stéphanie Lépine

 

Stéphanie Lépine lors d’une classe de violon, 2014

Violon intermédiaire, avancé et expert

Violoniste de talent depuis plus de 20 ans, elle est née et évolue toujours au sein d’une famille de musiciens. Elle a fait ses études collégiales en musique classique et a peaufiné sa formation avec le célèbre violoniste irlandais Kevin Burke ainsi que l’ethnomusicologue et musicienne Lisa Ornstein.

Elle est membre fondatrice du groupe de musique traditionnelle La Galvaude qui a connu ses heures de gloire dans les années 90. Par la suite, elle a aussi participé à la formation du groupe Norouet. Le deuxième album de ce quatuor intitulé «N2» s’est retrouvé parmi les cinq meilleurs disques de musique du monde en 2009 d’après le journal «Le Devoir».

En 2009, Stéphanie a fait un projet de composition instrumentale sur trame sonore inspiré d’une collecte de sons et de bruits rythmiques entendus dans sa région natale, Lanaudière. À l’été de la même année, elle s’est classée parmi les finalistes de la prestigieuse compétition canadienne de violon : «Canadian Grand Masters Fiddling Competition» qui s’est tenue à Nepean, près d’Ottawa. En décembre suivant, c’est avec son groupe Norouet qu’elle s’est produite sur la prestigieuse scène du Centre Bell à Montréal lors du spectacle annuel du célèbre groupe québécois Les Cowboys Fringants.

Son talent l’a mené à participer à plusieurs gros évènements et à partager la scène avec divers groupes dont : Ojnab (Jean-Paul Loyer), Oliver Schroer, et Galant, tu perds ton temps.

En mai 2015, Stéphanie nous offre son 1er album solo La Grande Ligne composé d’airs traditionnels tirés de son répertoire familiale et des grands violoneux qui ont popularisé le jeu du violon québécois au XXe siècle. Toujours en mai 2015, c’est au côté du talentueux multi instrumentiste Jean-François Branchaud (La Bottine Souriante) que Stéphanie a forgé et enregistré l’album «Habillés en Propre» réunissant des chansons et des suites instrumentales extraites du répertoire québécois et certaines d’outre-mer.

En juillet 2015, c’est la sortie posthume du cd Ojnaberies et autres banjoritudes du groupe OJNAB, sur lequel son brillant jeu d’archet peut être entendu. Stéphanie a également participé à plusieurs autres enregistrements depuis le début de sa carrière dont, Galant, tu perds ton temps, De temps Antan, Genticorum, Éric et Simon Beaudry, La Galvaude, pour ne nommer que ceux-là.

Étant toujours à l’affût de répertoire précieux et ayant une rigueur au travail sans égale, Stéphanie a suivi une formation auprès de Pierre Chartrand et Éric Favreau en 2012 pour bonifier ses connaissances relatives au répertoire de musique de danse du Québec. Soucieuse de partager cet héritage culturel qu’est la musique traditionnelle québécoise, c’est au côté de son acolyte des groupes La Galvaude et Norouet, Éric Beaudry, ainsi que du violoniste André Brunet, qu’elle fonde en 2008 le Camp de Violon Traditionnel Québécois de Lanaudière

Organisatrice et enseignante depuis 2008 au Camp Violon Trad Québec, professeure de violon attitrée depuis huit ans au CRAPO, cours privés depuis plus de 20 ans… Ce ne sont là que quelques cordes tirées de l’immense talent de Stéphanie qui ne cessent de charmer son entourage. Son style, profondément tributaire de l’héritage traditionnel québécois, laisse aisément percevoir des influences irlandaises fruit d’un souci de justesse dans sa technique et dans l’interprétation des pièces du répertoire traditionnel. Son jeu d’archet ne laisse personne indifférent, il fait ressortir son charme et sa passion pour le violon et nous entraîne dans une danse sans fin.

Facebook : Exces de Trad : Stéphanie Lépine et Simon Marion

Centre Régional d’Animation du Patrimoine Oral (CRAPO)

Lépine & Branchaud